Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Blog SVT Lycée Vauban 08600 Givet
  • Blog SVT Lycée Vauban 08600 Givet
  • : Blog pour tous les élèves du Lycée Vauban (Givet - 08600) ayant Mr Janvier comme professeur de S.V.T.
  • Contact

Messages

Cette rubrique s'adresse aux 
élèves du  Lycée Vauban 
08600 Givet

Tales 

Banque de sujets de baccalauréat en SVT.

Tales Planning des devoirs du samedi matin

1S 

TPE 2010-2011 : Thèmes et fiches pédagogiques.

  Tous

Le blog de Mr Sauvanet (Professeur de PC au Lycée Vauban).
Projekt  Comenius : le blog multilingue du Projet Coménius.

Tous Forum d'entraide du lycée Vauban.

Tous

Programmes officiels de SVT en collège.
Programmes officiels de SVT en Lycée.

Forum national des SVT.

 Tous

Orientation : Partez à la découverte de témoignages d'anciens élèves sur leur parcours scolaire, universitaire et professionnel. N'hésitez pas à leur poser des questions par le biais des commentaires (exemple).

Rechercher

Coups de coeur

Le fabuleux destin du Pingouin :
Ma photo Par Lydie.
Blog de la science facile à
comprendre et amusante.
Les animaux, leur vie, 
leurs amours... 


cabougeensvt
Ca bouge en SVT...

Un blog Dynamique pour

les élèves de collège

 

Site SVT de Madame Laroche Peltier

Groupe Facebook cours, exercices

corrigés de SVT niveau lycée

Archives

Présentation du blog

svt.jpgBienvenue à tous,


Un blog en direction des élèves de Seconde, Première L, Première S et Terminale S Spécialité S.V.T...

Vous y trouverez, continuellement réactualisés :

  • des compléments concernant les cours, TP, TD...
  • des éléments de correction des évaluations...
  • des informations sur le baccalauréat, l'épreuve d'E.C.E, les T.P.E...

Et plein d'autes choses pour vous aider et vous permettre de mieux gérer votre travail personnel...
Un blog à visiter régulièrement, je vous conseille d'ailleurs de le faire au moins une fois par semaine pour récupérer les documents mis en ligne et enrichir ainsi votre cours ou vos CR de TP...
  

<= Abonnez-vous à la "NewsLetter" ci-contre, vous serez automatiquement prévenus de la parution d'un article...

<= Les articles sont classés par "Catégories", cliquez sur celle qui vous concerne...  

Bonne découverte de ce blog et n'hésitez pas à déposer des commentaires !

Pour me contacter c'est =====> ici <=====

(Merci de me prévenir si des liens ne sont plus valides)

Ci-dessous, vous trouverez les extraits des 15 dernières publications sur le blog. Cliquez sur les titres pour voir l'intégralité de l'article, afficher les images et avoir accès aux liens qu'il contient.

11 octobre 2007 4 11 /10 /octobre /2007 18:29

17 octobre 2008 : Journée mondiale du don d'organe et  de la greffe

Selon l’Agence de la biomédecine, 227 malades sont morts en 2007 en France faute d’avoir été greffés à temps.
4 666 malades ont été greffés en 2007 et 13 081 personnes étaient inscrites sur la liste d’attente d’un organe au 31 décembre.

Le Monde publie sur une page les témoignages de greffés et de familles de donneurs.
Le journal cite notamment Géraldine Corre, greffée du rein en 1999, qui déclare :
« Quand j’ai le blues, quand je n’ai plus envie de prendre mes médicaments, je pense à mon donneur ».

Le quotidien cite en outre le Dr Jacky Clauquin, directeur du prélèvement et de la greffe à l'Agence de la biomédecine, qui observe : « Nous sommes toujours en situation de pénurie. La greffe est la thérapeutique ultime, utilisée lorsque toutes les techniques médicales et chirurgicales ne sont pas parvenues à "réparer" la défaillance d'un organe vital" ».


ON EN PARLE
Don d'organe : deux journées pour y penser
A l'occasion de la Journée mondiale du don d'organe et de la greffe les 13 et 14 octobre 2007, la fondation Greffe de vie organise une campagne nationale d'information. Témoignages | Lire 


7ème journée nationale de réflexion sur le don d'organes - 22 juin 2007

« Je suis une survivante. J’ai attendu ma transplantation cardiaque une seule nuit. Une nuit sans cœur. La chance d’arriver à temps à l’hôpital, la chance d’être la première sur la liste des receveurs. La "chance" d’un donneur compatible. Je me pose toujours la même question : pourquoi moi ? »

A 18 ans, le cœur d’Aline est épuisé, elle étouffe. Son cœur s’arrête. Elle se sent partir, la vie s’éloigne, la mort va gagner. Si jeune ; trop jeune… comme son père et son grand-père qui ont été emportés par la même malformation cardiaque. Hospitalisée, Aline va rester de longues heures avec un cœur mort dans son corps. Dans l’attente d’un nouveau cœur, celui de quelqu’un qui vient de mourir. Un cœur compatible ; un cœur pour lui redonner la vie.

Aujourd’hui, plus d’un an après, Aline a retrouvé une vie normale. Un inconnu lui a donné son cœur, la vie a triomphé. Elle est amoureuse, la vie est belle.

Le témoignage d’Aline est bouleversant. Trop de gens meurent encore faute de greffe. Et pourtant, nous pouvons tous devenir cet « inconnu » qui a sauvé Aline. Pour transmettre la vie, dans un ultime acte d’amour.

Retrouvez Aline sur son blog : http://lagreffe.skyrock.com/

Acheter le livre : 
http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/2915056536/oheditionscom-21
http://www3.fnac.com/advanced/book.do?isbn=2915056536&Origin=OHEDITIONS&OriginClick=yes
http://www.alapage.com/mx/?donnee_appel=BGKIR&tp=F&type=1&l_isbn=2915056536&sv=X_L

Lire un extrait du livre :
http://www.oheditions.com/spip.php?page=acces_extrait&id_article=73

Ce qu'en pense la presse :
Le Parisien
, 18 mai : « Le livre d’Aline est un hymne au don d’organes plus convaincant que n’importe quelle campagne. »
Closer, du 21 au 27 mai : « Aline a décidé de raconter sa renaissance dans un livre émouvant. »
Témoignage chrétien, 7 juin : « Un livre fort de sincérité pour toucher le maximum de personnes. »
Jasmin, 11 juin : « Le livre, poignant, retrace son calvaire et sa renaissance. »
Avantage, juillet 2007 : « Un récit vrai, fort, bouleversant, pour réfléchir avec elle sur l’importance du don d’organes. »

Voir les vidéos d’Aline sur
Dailymotion : journal de France 2, Fogiel... 


En 2006, plus de 12 400 personnes ont eu besoin d’une greffe d’organe, près de 8 000 n’ont pu en bénéficier faute de greffon.

-  Le guide 2007 du don d’organes (format pdf), sur le site de l’Agence de la biomédecine : http://www.agence-biomedecine.fr/fr/doc/guide_22juin07.pdf 
-  Pour toute demande de carte de donneur, un numéro vert  0 800 20 22 24 


40 ans de greffes du coeur


Le 3 décembre 1967, le monde entier, stupéfait, apprenait qu'un chirurgien avait tenté l'incroyable : dans un hôpital du Cap (Afrique du Sud), le professeur Christiaan Barnard avait greffé, chez un homme de 55 ans, le cœur d'une jeune fille de 25 ans décédée d'un accident de la circulation. En quelques heures, l'information fit le tour de la planète. Les uns virent là un formidable espoir thérapeutique, le symbole d'une chirurgie triomphante. D'autres estimèrent que le fait de prélever, fut-ce à des fins thérapeutiques, un cœur humain encore battant soulevait de très graves questions éthiques. 
Le patient du professeur Barnard ne survécut que dix-huit jours, mais la voie était ouverte à la greffe du cœur. La technique chirurgicale fut rapidement codifiée. Il fallut attendre la découverte de la cyclosporine, un médicament anti-rejet, pour que ces opérations soient presque toujours couronnées de succès. De nouveaux critères de prélèvement d'organes durent être établis. Avec les progrès de la réanimation, on en vint bientôt à parler de "mort cérébrale" : la démonstration de l'arrêt de toutes les fonctions du système nerveux central autorisait le prélèvement du cœur comme des autres organes et tissus transplantables.

En France, après une première tentative du Professeur Christian Cabrol, qui se termina malheureusement par la mort du patient au bout de deux jours, l'une des premières greffes du cœur réussies et durables concerna Emmanuel Vitria, un Marseillais de 48 ans, opéré le 27 novembre 1968 et qui survécut 19 ans à sa transplantation, réalisée par le Pr Edmond Henry, mort en 1972... d'une crise cardiaque.

Quarante ans après ces pionniers, la transplantation cardiaque, si elle demeure une intervention chirurgicale importante, n'est plus vécue comme un exploit technique. En France, on greffe plus de 300 cœurs chaque année (dont une vingtaine de transplantations conjointes du cœur et des poumons), et on pourrait en greffer plus si les équipes spécialisées pouvaient disposer de plus de greffons. Quelque 4 000 personnes vivent aujourd'hui avec le cœur d'un autre. Le cœur arrive en troisième position des organes greffés, derrière le rein (entre 1 800 et 2 700 par an) et le foie (entre 700 et 1 000).
 
"DE 'MIRACULÉS', ILS SONT DEVENUS DES ACTEURS SOLIDAIRES"

Comme toutes les greffes, celle du cœur est une activité encadrée par l'Agence de la biomédecine. Cette dernière veille notamment à ce que les principes éthiques soient respectés, qu'il s'agisse des conditions de prélèvement, de l'anonymat du donneur et, bien évidemment, de l'absence de toute forme de tractations commerciales entre le receveur et la famille du donneur. L'Agence veille aussi au respect de l'équité dans l'usage qui est fait des greffons. Vingt-six équipes chirurgicales sont habilitées à pratiquer ces greffes – celle du groupe hospitalier de La Pitié-Salpêtrière, à Paris, ayant l'activité la plus importante (86 opérations sur un total de 358 en 2006). Les receveurs sont, pour l'essentiel, des personnes en situation d'insuffisance cardiaque grave, pour lesquelles la transplantation est le seul espoir de survie à court ou moyen terme.

"Il est vrai que la greffe de cœur s'est très largement banalisée et qu'elle ne fait plus, comme jadis, la Une des médias", observe le professeur Jean-Michel Dubernard (Hospices civils de Lyon), qui a ouvert la voie, ces dernières années, à la greffe de segments de membres et de visages. "Mais on aurait pour autant tort de croire que les chirurgiens souffrent de cette banalisation, ajoute-t-il. Bien au contraire."

Des associations de malades greffés se sont développées. "De 'miraculés', ils sont devenus des acteurs solidaires à part entière, observe le Pr Dubernard. Ils sensibilisent l'opinion et militent pour le don d'organe. Certaines associations aident aussi fort utilement à la réinsertion sociale et professionnelle après la greffe." Une fédération d'associations (France-ADOT) œuvre dans chaque département pour informer et sensibiliser sur la cause du don d'organes et de tissus. Ses responsables ont fait leur la profession de foi du professeur Jean Dausset, prix Nobel de médecine : "Le don d'organes après la mort est le geste le plus noble, l'ultime sacrifice au bénéfice d'un autre souffrant... Le don de la vie, quoi de plus beau !" 


Jean-Yves Nau - Le Monde.fr - 18/12/2007 
 

A l'occasion de la 8e Journée nationale de reflexion sur le don d'organes et la greffe, le 22 juin 2007, l'Agence de la biomédecine rappelle, pour la première fois via des campagnes télé, radio et presse, la nécessité de faire connaître sa décision à ses proches.

 
Don d'organe : en parler à ses proches

La 8eme Journée nationale de réflexion sur le don d'organe aura lieu le 22 juin. L'occasion d'en parler en famille.
Lire

Partager cet article

Repost 0

commentaires

lilou 23/06/2007 12:50

merci de cet article.de tt coeurlilou**