Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Blog SVT Lycée Vauban 08600 Givet
  • Blog SVT Lycée Vauban 08600 Givet
  • : Blog pour tous les élèves du Lycée Vauban (Givet - 08600) ayant Mr Janvier comme professeur de S.V.T.
  • Contact

Messages

Cette rubrique s'adresse aux 
élèves du  Lycée Vauban 
08600 Givet

Tales 

Banque de sujets de baccalauréat en SVT.

Tales Planning des devoirs du samedi matin

1S 

TPE 2010-2011 : Thèmes et fiches pédagogiques.

  Tous

Le blog de Mr Sauvanet (Professeur de PC au Lycée Vauban).
Projekt  Comenius : le blog multilingue du Projet Coménius.

Tous Forum d'entraide du lycée Vauban.

Tous

Programmes officiels de SVT en collège.
Programmes officiels de SVT en Lycée.

Forum national des SVT.

 Tous

Orientation : Partez à la découverte de témoignages d'anciens élèves sur leur parcours scolaire, universitaire et professionnel. N'hésitez pas à leur poser des questions par le biais des commentaires (exemple).

Rechercher

Coups de coeur

Le fabuleux destin du Pingouin :
Ma photo Par Lydie.
Blog de la science facile à
comprendre et amusante.
Les animaux, leur vie, 
leurs amours... 


cabougeensvt
Ca bouge en SVT...

Un blog Dynamique pour

les élèves de collège

 

Site SVT de Madame Laroche Peltier

Groupe Facebook cours, exercices

corrigés de SVT niveau lycée

Archives

Présentation du blog

svt.jpgBienvenue à tous,


Un blog en direction des élèves de Seconde, Première L, Première S et Terminale S Spécialité S.V.T...

Vous y trouverez, continuellement réactualisés :

  • des compléments concernant les cours, TP, TD...
  • des éléments de correction des évaluations...
  • des informations sur le baccalauréat, l'épreuve d'E.C.E, les T.P.E...

Et plein d'autes choses pour vous aider et vous permettre de mieux gérer votre travail personnel...
Un blog à visiter régulièrement, je vous conseille d'ailleurs de le faire au moins une fois par semaine pour récupérer les documents mis en ligne et enrichir ainsi votre cours ou vos CR de TP...
  

<= Abonnez-vous à la "NewsLetter" ci-contre, vous serez automatiquement prévenus de la parution d'un article...

<= Les articles sont classés par "Catégories", cliquez sur celle qui vous concerne...  

Bonne découverte de ce blog et n'hésitez pas à déposer des commentaires !

Pour me contacter c'est =====> ici <=====

(Merci de me prévenir si des liens ne sont plus valides)

Ci-dessous, vous trouverez les extraits des 15 dernières publications sur le blog. Cliquez sur les titres pour voir l'intégralité de l'article, afficher les images et avoir accès aux liens qu'il contient.

30 janvier 2007 2 30 /01 /janvier /2007 17:40

L'EPREUVE DE S.V.T. AU BACCALAUREAT GENERAL, SERIE SCIENTIFIQUE A COMPTER DE LA SESSION 2005

 

Ø  Elle est définie par la note de service n°2004-028 du 16/02/2004

Ø  Coefficient 6 pour les candidats ayant choisi la spécialité "Mathématiques" ou la spécialité "Physique-Chimie"

Ø  Coefficient 8 pour les candidats ayant choisi la spécialité S.V.T.

 

I- EPREUVE ECRITE (16 points)

Ø  Durée de l'épreuve : 3h30

Ø  Notée sur 16 points

 

L'épreuve est divisée en deux parties

 

A/ PREMIERE PARTIE (8 points)

Cette première partie de l'épreuve, sans document,  permet de valider les connaissances acquises par le candidat.

La question fait apparaître les limites du sujet pour aider le candidat à construire sa réponse, organisée et illustrée par un ou plusieurs schémas.

Voir fiche méthode baccalauréat n°1

 

B/ DEUXIEME PARTIE (8 points)

Cette seconde partie de l'épreuve valide la pratique du raisonnement scientifique, elle ne fait pas appel à la restitution de connaissances. Cette partie est subdivisée en deux exercices.

 

1-     EXERCICE 1 (3 points)

Il permet d'évaluer la capacité du candidat à extraire dans un unique document les informations utiles à la résolution du problème scientifique posé.

Voir fiche méthode baccalauréat n°2

 

2-     EXERCICE 2 (5 points)

Il permet d'évaluer, à partir de l'exploitation de deux ou trois documents, la capacité du candidat à résoudre le problème scientifique posé en relation avec ses connaissances.

Voir fiche méthode baccalauréat n°3

 

Ø  Pour les candidats ayant choisi la spécialité "Mathématiques" ou la spécialité "Physique-Chimie", cet exercice porte sur la partie "tronc commun" de l'enseignement de S.V.T.

Ø  Pour les candidats ayant choisi la spécialité "S.V.T.", cet exercice porte sur l'enseignement de spécialité..

 

II- EPREUVE PRATIQUE D'EVALUATION DES CAPACITES EXPERIMENTALES (ECE) – 4 points

 

Ø  Durée de l'épreuve : 1h

Ø  Notée sur 20 points, ensuite intégrée à la note finale à hauteur de 4 points

Ø  Elle a lieu dans le courant du troisième trimestre.

 

  • 25 sujets sont choisis parmi ceux proposés dans la banque nationale.
  • L'établissement, en fonction des équipements disponibles et des apprentissages effectués par les élèves, retient un certain nombre de sujets.
  • Le jour de l'évaluation, le candidat tire au sort un sujet parmi ceux retenus par l'établissement.

 

Ø  Pour les candidats ayant choisi la spécialité "Mathématiques" ou la spécialité "Physique-Chimie", l'ECE porte sur la partie "tronc commun" de l'enseignement de S.V.T.

Ø  Pour les candidats ayant choisi la spécialité "S.V.T.", l'ECE porte soit sur la partie "tronc commun" de l'enseignement de S.V.T., soit sur l'enseignement de spécialité.

 

La note de service n°2002-278 parue au B.O. n°47 du 19/12/2002 précise que :

Toute absence non justifiée d'un candidat le jour fixé pour l'évaluation des capacités expérimentales entraîne l'attribution de la note "zéro" pour cette partie de l'épreuve.

 

III- EPREUVE ORALE DE CONTROLE

 

Ø  Durée de l'épreuve : 15 minutes

Ø  Temps de préparation : 15 minutes

 

Deux sujets sont proposés au choix du candidat.

 

Ø  Pour les candidats ayant choisi la spécialité "Mathématiques" ou la spécialité "Physique-Chimie", les deux sujets portent sur la partie "tronc commun" de l'enseignement de S.V.T.

Ø  Pour les candidats ayant choisi la spécialité "S.V.T.", un des sujets porte sur la partie "tronc commun" de l'enseignement de S.V.T., l'autre sujet porte sur l'enseignement de spécialité.

 

 

Repost 0
29 janvier 2007 1 29 /01 /janvier /2007 11:15

Exemple de grille d'évaluation des dossiers de recherche

Ces travaux de recherche ont pour but de vous familiariser avec une technique fréquemment employée dans l'enseignement supérieur.
Ils porteront sur des thèmes en relation avec le programme de 1°S, thèmes nouveaux mais que vous pouvez facilement vous approprier.
Afin que les choses soient bien claires pour tous, voici les dix consignes de base qui s'appliqueront pour les prochains dossiers de recherche :

1/ Les recherches documentaires sont des travaux :
* réalisés individuellement
* qui portent sur un thème faisant partie intégrante du programme officiel,
* comptabilisées dans la moyenne trimestrielle avec le coefficient 3.

2/ Chaque recherche se décompose en deux types de travaux :
* un dossier sur support papier, réalisé au traitement de textes, évalué par le professeur de S.V.T. et comptant pour 75% de la note finale,
* une fiche bibliographique sur support papier, réalisée au traitement de textes, évaluée par l'enseignant(e) documentaliste et comptant pour 25% de la note finale.
Note : La fiche bibliographie est à remettre directement au professeur documentaliste.

3/ Tout dossier comportera :
* une page de garde incluant votre nom et la problématique étudiée,
* une page sommaire incluant une pagination de toutes les parties et sous parties.

4/ Le volume minimal de chaque dossier sera fixé par le professeur, ce volume s'entend en respectant les règles suivantes :
* feuilles de format 21 x 29.7,
* taille maximale de la police = 14,
* marges maximales = 2 cm,
* illustrations de taille « raisonnable » autorisées et même encouragées,
Note : la page de garde, la page sommaire, la bibliographie, ainsi que l'éventuel lexique ne seront pas pris en compte dans le calcul du volume final.

5/ Règles de présentation :
* tout dossier sera divisé en 3 parties clairement individualisées : une introduction, un développement et une conclusion,
* le texte sera justifié,
* le dossier et la page sommaire seront paginés,
* la mise en page, intégrant les illustrations, respectera la lisibilité de votre raisonnement,
* les couleurs utilisées pour les titres et le texte seront sobres,
* titres, sous-titres seront indexés selon les critères de numérotation reconnus par la communauté scientifique (I, puis I.1, puis I.1.1 etc.)

6/ L'introduction, critères de réussite :
* amène la problématique,
* amène et présente les grandes lignes du plan,
* présente un volume suffisant (5% du volume du dossier).

7/ Le plan retenu, critères de réussite :
* est cohérent par rapport à la problématique étudiée,
* est lisible au sein du dossier (parties et sous parties clairement individualisées).

8/ Le développement, critères de réussite :
* ne contient pas de parties hors ou à la limite du sujet,
* ménage des transitions entre chaque sous partie et chaque partie,
* est d'un niveau scientifique « adapté à la situation » ce qui exclu d'office le copier/coller intégral (ou non) de sites ou d'ouvrages... il est nécessaire que vous ayez compris les notions que vous exposez.

9/ La conclusion, critères de réussite :
* apporte une réponse claire et synthétique à la problématique posée,
* s'ouvre de manière pertinente sur un autre sujet,
* présente un volume suffisant (5% du volume du dossier).

10/ Un système de bonus malus permet d'équilibrer l'évaluation :
* seront primés : l'originalité de votre introduction et de votre conclusion, la présence d'un lexique...
* seront pénalisés : un volume insuffisant, le non respect des règles de présentation, l'expression écrite déficiente, la remise en retard de vos travaux...

Note : Tout total supérieur à 20 points entraînera automatiquement un plafonnement du résultat final à la note maximale utilisée pour les évaluations au sein du Lycée Vauban (cf. règlement intérieur de l'établissement), soit 20/20.

ATTENTION :
1/ Le copier/coller est une fraude, tout copier/coller détecté entraînera automatiquement l'attribution de la note zéro.
2/ Tout traitement de textes comporte un vérificateur orthographique, merci de découvrir comment activer cette option...


Repost 0
29 janvier 2007 1 29 /01 /janvier /2007 11:12
Sciences de la vie et de la Terre
Série scientifique
Nouveau programme applicable à compter de l'année scolaire 2001-2002

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

Objectifs et organisation
L'enseignement des sciences de la vie et de la Terre constitue un élément clef de la formation scientifique. En cohérence avec les enseignements du collège et de la classe de seconde, le programme permet d'acquérir des connaissances fondamentales du champ disciplinaire, en mettant l'accent sur le raisonnement scientifique, les démarches expérimentales et la mise en œuvre des techniques. Ces connaissances, associées à la pratique expérimentale, participent au développement de l'esprit critique requis pour appréhender les enjeux éthiques et sociaux associés au progrès scientifique et aux nouvelles technologies. Fondé sur des notions acquises dans d'autres disciplines, notamment en physique-chimie, ce programme contribue à l'orientation positive des élèves vers les carrières scientifiques.

SCIENCES DE LA VIE
L'ensemble du programme s'articule autour des relations existant entre le génotype d'un organisme et son phénotype. Dans un premier temps, la notion de phénotype est étudiée à différentes échelles : macroscopique, cellulaire et moléculaire. Les différents niveaux d'organisation une fois établis, le rôle fondamental des protéines dans la réalisation du phénotype est approfondie à travers l'exemple des protéines enzymatiques. L'étude de la synthèse des protéines permet, en s'appuyant sur les acquis de la classe de seconde, d'établir le lien entre gènes et protéines. La compréhension du fait que la diversité phénotypique résulte d'interactions complexes entre la variabilité génétique et l'environnement est l'aboutissement logique de cette progression. Dans un second temps, l'étude de la morphogénèse des végétaux offre l'occasion de relier différents processus cellulaires, permettant l'établissement du phénotype, à l'influence de certains facteurs de l'environnement. Elle apporte une illustration de l'intégration de ces processus et du rôle d'une hormone végétale : l'auxine. Un troisième volet prolonge l'étude de l'adaptation de l'organisme aux variations de l'environnement réalisée en classe de seconde. Il porte sur une fonction physiologique : la régulation de la glycémie. Son étude permet de construire la notion d'homéostat. Elle permet aussi de comprendre que la régulation de la glycémie est l'expression d'une information génétique multiple, modulée par les facteurs de l'environnement, en particulier l'alimentation. Elle est l'occasion de saisir les enjeux de la médecine prédictive et les problèmes éthiques soulevés par la connaissance des maladies génétiques. Une quatrième partie a pour objectif de dégager l'importance de l'expression du génotype et de la plasticité dans la formation du cerveau et dans l'individuation qui en dépend. Elle s'appuie sur la mobilisation des acquis des classes antérieures et approfondit les bases anatomiques et fonctionnelles de la communication nerveuse à travers l'étude du réflexe myotatique. La connaissance des phénomènes à l'échelle cellulaire et des mécanismes explicatifs des processus intégrateurs permet ensuite de traiter de la part du génotype dans le fonctionnement du système nerveux et de la neuroplasticité.

SCIENCES DE LA TERRE
L'ensemble du programme est centré sur la dynamique du globe ; il s'appuie sur la connaissance de la structure et de la composition chimique de la planète Terre. Prolongeant les acquis du collège et de la classe de seconde, il s'inscrit dans une démarche scientifique visant à la construction de modèles explicatifs qui constituent un cadre conceptuel au questionnement et à la pratique expérimentale. L'analyse de données expérimentales, notamment l'étude de la propagation des ondes sismiques et de la composition chimique de la Terre, permet d'accéder à un modèle de la structure de la Terre. Les mouvements relatifs des plaques lithosphériques, en particulier de divergence au niveau des dorsales océaniques, ainsi que la sédimentation, les activités tectoniques et magmatiques associées, sont étudiés. Cette étude des processus de surface est complétée par une approche des mouvements internes permettant de saisir le fonctionnement global de la machinerie thermique de la Terre.

CLASSE DE TERRAIN
La classe de terrain est un moyen privilégié pour favoriser le questionnement, l'observation, l'intégration des connaissances, à une échelle aisément accessible à l'élève. Partie intégrante du programme de sciences de la Terre, elle a pour objectif d'aider par la collecte des données de terrain à la démarche scientifique de construction d'une représentation globale de la dynamique de la Terre. En liaison avec le programme de sciences de la vie, elle a également pour objectif de permettre une approche concrète de la diversité morphologique des végétaux en relation avec différentes conditions d'environnement.

Méthodologie
L'enseignement s'organise autour de la construction du raisonnement scientifique et des approches expérimentales. Les différentes parties du programme reposent sur des activités pratiques permettant à l'élève de s'approprier les concepts, les méthodes, les techniques qui fondent la connaissance scientifique. Au cours des séances de travaux pratiques, l'élève apprend à saisir des données, à traiter des informations, à effectuer une synthèse, à construire éventuellement un modèle, à formuler une hypothèse et à développer l'esprit critique. Toute activité pratique permet la mise en œuvre des techniques dans une démarche d'investigation. Prenant en compte ces activités concrètes et expérimentales, le cours est l'occasion, par l'alternance de phases dialoguées et informatives, de mises au point et d'une organisation claire du savoir à mémoriser.
La plupart des parties du programme se prêtent particulièrement bien à l'utilisation des techniques d'information et de communication (TIC), dont certaines sont étroitement liées au champ disciplinaire (mise en œuvre d'un dispositif expérimental assisté par ordinateur). L'acquisition des données expérimentales et leur traitement informatique sont l'occasion d'une analyse critique des résultats en fonction des montages expérimentaux.
Les activités envisagées, permettant de réaliser ces objectifs, sont proposées dans la colonne de gauche des différentes parties du programme, en regard des notions et contenus qui s'y rapportent.
Le professeur dispose d'une totale liberté pédagogique pour atteindre les objectifs fixés par le programme.


Évaluation
Dans un souci de cohérence et d'homogénéité, les notions et contenus exigibles sont clairement explicités. De même, les limites du programme sont précisées. Les évaluations, en cours et en fin d'apprentissage, sont programmées de manière à permettre la progression éducative de l'élève. Elles permettent d'éprouver les capacités de l'élève à mobiliser et appliquer les connaissances du programme, et à mettre en œuvre les méthodes et techniques qui pourront faire l'objet d'un contrôle en fin de scolarité.

SCIENCES DE LA TERRE
Thème général : structure, composition et dynamique de la Terre
Horaire : 10 semaines à raison de 2 heures de cours par semaine et 2 heures de travaux pratiques.

Ce programme s'appuie sur les acquis du collège et de la classe de seconde.
La tectonique des plaques et les modèles de la structure et de la dynamique interne de la Terre fournissent un cadre de réflexion qui s'enrichit et évolue au fur et à mesure de l'accumulation des données. La démarche des scientifiques vise en permanence à enrichir les modèles de Terre, à les critiquer et donc à les faire évoluer pour parfaire la description du fonctionnement et de l'évolution de la planète qui est un système complexe.
L'ordre de présentation des objectifs de connaissance n'impose aucune progression pédagogique particulière. Liberté dans la progression est donc laissée au professeur.
Ainsi, il est possible de présenter d'abord les données pour aboutir à une présentation synthétique de la structure et du fonctionnement de la terre.
L'enseignant peut aussi tenir compte davantage des acquis des classes antérieures et partir d'une présentation simplifiée des modèles de Terre qui constitueront une référence que l'élève s'approprie, utilise, questionne et enrichit dans sa progression au cours de l'année scolaire.
La classe sur le terrain est un moyen privilégié d'aborder la géologie à une échelle aisément accessible aux élèves.
Sur un affleurement ou face à un paysage offrant une grande diversité d'informations, l'élève est conduit à sélectionner un objet d'étude pertinent. Il apprend à observer et décrire les objets d'intérêt géologique, puis il en dégage des informations importantes. Il sollicite son imagination pour les interpréter et les intégrer à une représentation plus globale de la planète.
La confrontation entre les données acquises sur le terrain et d'autres données choisies et présentées par le professeur permet d'orienter la réflexion des élèves vers l'un des thèmes du programme. Le professeur intègre la sortie sur le terrain dans sa progression pédagogique et la place au moment jugé le plus opportun en fonction notamment du site retenu.
Les roches sédimentaires représentent un faible volume de la planète et, de ce fait, peuvent être négligées quand on établit une composition chimique globale de la Terre. Néanmoins, elles sont des enregistreurs privilégiés de l'histoire de la Terre, de la tectonique des plaques et des changements de l'environnement terrestre. Ces aspects sont abordés en première à l'occasion de l'étude des marges passives et seront développés en terminale.

SCIENCES DE LA VIE
THÈME GÉNÉRAL : DES PHÉNOTYPES À DIFFÉRENTS NIVEAUX D'ORGANISATION DU VIVANT
Horaire : 20 semaines à raison de 2 heures de cours par semaine et 2 heures de travaux pratiques.

1- Du génotype au phénotype, relations avec l'environnement (durée indicative : 6 semaines)
Cette partie du programme s'appuie sur les connaissances acquises en classe de troisième (génétique) et de seconde (cellule et ADN). Elle permet d'approfondir les relations entre l'information génétique et les conséquences phénotypiques de son expression.
À partir de l'analyse des diverses échelles permettant de définir un phénotype, il s'agit d'étudier les rôles respectifs des gènes et de l'environnement dans la réalisation de ce phénotype.
L'importance des facteurs de l'environnement comme modulateurs de l'activité des protéines enzymatiques est rapprochée de la participation des protéines à la réalisation du phénotype.
La relation entre gènes et protéines est établie. Elle permet de faire le lien entre la diversité allélique au sein d'une espèce et ses conséquences phénotypiques.
Ce chapitre souligne que la diversité phénotypique au sein d'une espèce est le résultat d'interactions complexes entre la variabilité génétique et l'environnement.

2-La morphogénèse végétale et l'établissement du phénotype (durée indicative : 5 semaines)
Le phénotype morphologique d'un individu est le résultat des interactions entre l'expression du génotype et son contrôle par l'environnement. L'établissement de ce phénotype met en jeu un ensemble de processus biologiques dont des gènes sont responsables (mitose, métabolisme cellulaire, action d'hormones, mise en place des structures de l'organisme). Les gènes gouvernent à la fois les grands traits de l'organisation et les détails de la structure, en permettant la synthèse de protéines spécifiques aux diverses échelles qui constituent l'organisme (cellules, tissus, organes, plan d'organisation). L'expression de ces gènes est soumise à des facteurs externes (abiotiques ou biotiques) dont la variabilité s'ajoutent à la diversité allélique pour aboutir à une diversité phénotypique individuelle.
L'étude de la morphogénèse des végétaux permet d'aborder dans un cadre intégré ces différents phénomènes qui contribuent à l'établissement du phénotype.

3- La régulation de la glycémie et les phénotypes diabétiques (durée indicative : 3 semaines)
Cette partie du programme a pour but de prolonger les connaissances acquises en classe de seconde sur l'adaptation de l'organisme aux variations de l'environnement (effort musculaire).
Elle met en évidence le fait qu'une fonction physiologique, la régulation de la glycémie à court terme, est l'expression d'une information génétique multiple. Dans certains cas, des facteurs environnementaux tels que les déséquilibres alimentaires peuvent modifier cette régulation.
Il s'agit d'envisager la glycémie comme un paramètre du milieu intérieur maintenu constant à court terme en fonction des besoins de l'organisme. Cette constance est le résultat de la mise en jeu de l'homéostat glycémique : système réglé, système réglant.
Seule est étudiée la régulation de la glycémie à court terme après un jeûne de courte durée ou après un repas. L'intégration de la glycémie dans des boucles de régulation plus complexes, sous-tendant des processus de régulation à long terme, ne fait pas partie du programme.

4- La part du génotype et la part de l'expérience individuelle dans le fonctionnement du système nerveux (durée indicative : 6 semaines)
Cette partie du programme a un double objectif :
- d'une part, permettre l'acquisition de notions de base sur la communication nerveuse chez les mammifères et plus particulièrement chez l'homme ;
- d'autre part, élargir la compréhension des relations entre le phénotype et le génotype d'un organisme.
Les réactions comportementales, les représentations du monde que se construit un organisme grâce à son système nerveux, sont des aspects de son phénotype au même titre que ses caractéristiques physiques.
Le réflexe myotatique fournit un exemple du déterminisme génétique impliqué dans l'organisation du système nerveux et les propriétés des neurones.
Les approches suggérées de la plasticité du cortex cérébral attirent l'attention sur le fait que, depuis le tout début de sa mise en place jusqu'à la mort, l'organisation cérébrale inscrit dans sa structure l'histoire individuelle de l'organisme. Cette épigénèse, permise par les gènes, ouvre l'architecture corticale sur l'environnement physique et social. Elle fait de chaque individu - même les vrais jumeaux - un être cérébralement unique, parce qu'en constante reconstruction.
L'outil informatique est particulièrement utile pour aborder l'étude de ces sujets de neurophysiologie. Outre l'expérimentation assistée par ordinateur, il existe plusieurs logiciels de simulation, complémentaires les uns des autres, permettant de mettre les élèves en situation d'investigation. 

Voir / Télécharger le plan semi-développé du cours et la liste des prérequis
Repost 0