Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Blog SVT Lycée Vauban 08600 Givet
  • Blog SVT Lycée Vauban 08600 Givet
  • : Blog pour tous les élèves du Lycée Vauban (Givet - 08600) ayant Mr Janvier comme professeur de S.V.T.
  • Contact

Messages

Cette rubrique s'adresse aux 
élèves du  Lycée Vauban 
08600 Givet

Tales 

Banque de sujets de baccalauréat en SVT.

Tales Planning des devoirs du samedi matin

1S 

TPE 2010-2011 : Thèmes et fiches pédagogiques.

  Tous

Le blog de Mr Sauvanet (Professeur de PC au Lycée Vauban).
Projekt  Comenius : le blog multilingue du Projet Coménius.

Tous Forum d'entraide du lycée Vauban.

Tous

Programmes officiels de SVT en collège.
Programmes officiels de SVT en Lycée.

Forum national des SVT.

 Tous

Orientation : Partez à la découverte de témoignages d'anciens élèves sur leur parcours scolaire, universitaire et professionnel. N'hésitez pas à leur poser des questions par le biais des commentaires (exemple).

Rechercher

Coups de coeur

Le fabuleux destin du Pingouin :
Ma photo Par Lydie.
Blog de la science facile à
comprendre et amusante.
Les animaux, leur vie, 
leurs amours... 


cabougeensvt
Ca bouge en SVT...

Un blog Dynamique pour

les élèves de collège

 

Site SVT de Madame Laroche Peltier

Groupe Facebook cours, exercices

corrigés de SVT niveau lycée

Archives

Présentation du blog

svt.jpgBienvenue à tous,


Un blog en direction des élèves de Seconde, Première L, Première S et Terminale S Spécialité S.V.T...

Vous y trouverez, continuellement réactualisés :

  • des compléments concernant les cours, TP, TD...
  • des éléments de correction des évaluations...
  • des informations sur le baccalauréat, l'épreuve d'E.C.E, les T.P.E...

Et plein d'autes choses pour vous aider et vous permettre de mieux gérer votre travail personnel...
Un blog à visiter régulièrement, je vous conseille d'ailleurs de le faire au moins une fois par semaine pour récupérer les documents mis en ligne et enrichir ainsi votre cours ou vos CR de TP...
  

<= Abonnez-vous à la "NewsLetter" ci-contre, vous serez automatiquement prévenus de la parution d'un article...

<= Les articles sont classés par "Catégories", cliquez sur celle qui vous concerne...  

Bonne découverte de ce blog et n'hésitez pas à déposer des commentaires !

Pour me contacter c'est =====> ici <=====

(Merci de me prévenir si des liens ne sont plus valides)

Ci-dessous, vous trouverez les extraits des 15 dernières publications sur le blog. Cliquez sur les titres pour voir l'intégralité de l'article, afficher les images et avoir accès aux liens qu'il contient.

19 avril 2007 4 19 /04 /avril /2007 22:14

 

Le diabète de type 2 survient lorsque l'organisme est incapable d'employer convenablement l'insuline pour réguler la glycémie. On dit du diabétique de type 2 qu'il est « résistant à l'insuline » : le glucose est mal absorbé par ses cellules, et par conséquent, sa glycémie se maintient au-dessus des valeurs normales. Bien qu’il se manifeste en général vers l'âge de 40 ans, on voit ces dernières années cette affection se manifester chez des personnes de plus en plus jeunes telles que des enfants et des adolescents. Malgré les progrès de la recherche médicale on a toujours à faire face, de plus en plus, à cette affection qui se développe dangereusement. C’est pourquoi une étude réalisée par une équipe de chercheurs suisses nous montre des voies nouvelles. Leurs trouvailles viennent d’être publiées dans le dernier numéro du New England Journal of Medicine.

Petit retour en arrière : chez les personnes atteintes d’un diabète de type 2, les concentrations élevées de glucose conduisent à la production d'une interleukine 1 dans les cellules pancréatiques, ce qui mène à une sécrétion anormale d'insuline et à la mort cellulaire. Chez ces personnes, l'expression de l'antagoniste du récepteur de l'interleukine 1 est réduite.

L’équipe, cordonnée par le Dr Claus Larsen de l’Hôpital universitaire de Zurich, a travaillée sur 70 patients souffrant de diabète de type 2 et qui ont été suivis de manière randomisée. Les chercheurs ont essayé de bloquer le développement du diabète de type 2 en agissant sur la molécule responsable du dysfonctionnement des cellules produisant l'insuline. D’après les chercheurs, cette approche thérapeutique s'attaquerait aux causes de la maladie au lieu de ne traiter que les symptômes.

A 13 semaines, dans le groupe sous traitement, les auteurs de l’étude n'ont observé aucun effet secondaire majeur. Selon les chercheurs, les résultats thérapeutiques laissent entrevoir la perspective de nouveaux médicaments pour traiter cette affection.

Dr Marco Dutra

Références

Larsen CM, Faulenbach M, Vaag A, Volund A, Ehses JA, Seifert B, Mandrup-Poulsen T, Donath MY. Interleukin-1-receptor antagonist in type 2 diabetes mellitus. N Engl J Med. 2007;356(15):1517-26. [Retrouvez l’abstract en ligne]

Pfutzner A, Schondorf T, Seidel D, Winkler K, Matthaei S, Hamann A, Forst T. Impact of rosiglitazone on beta-cell function, insulin resistance, and adiponectin concentrations: results from a double-blind oral combination study with glimepiride. Metabolism. 2006;55(1):20-5. [Retrouvez l’abstract en ligne]

Madsbad S, Schmitz O, Ranstam J, Jakobsen G, Matthews DR; NN2211-1310 International Study Group. Improved glycemic control with no weight increase in patients with type 2 diabetes after once-daily treatment with the long-acting glucagon-like peptide 1 analog liraglutide (NN2211): a 12-week, double-blind, randomized, controlled trial. Diabetes Care. 2004;27(6):1335-42. [Retrouvez l’abstract en ligne]

Source  : Médiscoop - Date de publication : 19-04-2007 - Sante.net

Repost 0
19 avril 2007 4 19 /04 /avril /2007 00:29

Novartis lance une base de données en libre accès sur le diabète

Les Echos


Les Echos relèvent que « Novartis vient de lancer une base de données sur les diabètes de type 2, avec les résultats des analyses en accès libre sur Internet ( http://broad.mit.edu/diabetes ) ».
Le journal note que « cette initiative, inattendue de la part d’un des géants de l’industrie pharmaceutique, pourrait donner un coup d’accélérateur à la recherche médicale dans une pathologie qui touche 170 millions de personnes dans le monde, dont 3 millions en France ».
Les Echos expliquent que « concrètement, il s’agit de dresser une carte génétique complète des différents gènes humains et de leurs liens avec les diabètes de type 2 et certains désordres métaboliques ».
« Et ce dans le cadre d’une coopération public-privé entre le Novartis Institute for BioMedical Research, l’université suédoise de Lund et le Broad Institute »
, poursuit le quotidien.

Source Mediscoop du 16 avril 2007 - Sante.net

Repost 0
12 avril 2007 4 12 /04 /avril /2007 17:54

Un nouveau traitement du diabète est expérimenté

Le Monde, Le Figaro

Jean-Yves Nau aborde dans Le Monde les « premiers résultats d'un nouveau traitement, expérimental, du diabète de type 1 publiés dans le dernier numéro du Journal of the American Medical Association ».
Le journaliste explique que cette « approche expérimentale se fonde sur l'hypothèse de l'origine auto-immune du diabète de type 1, l'organisme du malade détruisant, via des anticorps spécifiques, ses propres cellules pancréatiques qu'il perçoit, du fait d'un dysfonctionnement de son système immunitaire, comme lui étant étrangères ».
Jean-Yves Nau indique que « ce travail a été conduit sur un groupe de 15 jeunes chez lesquels le diagnostic de diabète venait d'être porté, sous la responsabilité des Drs Julio C. Voltarelli (université de Sao Paulo, Brésil) et Richard Burt (université Northwestern, Feinberg School of Medicine, Chicago) ».
Le journaliste note que « les chercheurs ont administré aux malades un puissant traitement immunosuppresseur, avant de procéder à une greffe de cellules souches hématopoïétiques. Ces dernières avaient préalablement été prélevées dans le sang circulant de chacun d'entre eux puis mises en culture in vitro. L'administration de ces cellules visait à préserver ce qui demeurait de production cellulaire d'insuline dans les îlots pancréatiques de Langerhans ».
Jean-Yves Nau parle de « résultats encourageants », relevant qu’« au terme d'une surveillance comprise entre 7 et 36 mois, les chercheurs annoncent que 14 de leurs 15 patients ont pu se passer durablement d'administration d'insuline : un pendant 35 mois, quatre pendant 21 mois, sept pendant 6 mois et les deux autres durant 5 et 1 mois ».
Le journaliste précise toutefois que les chercheurs « soulignent la nécessité d'approfondir les mécanismes d'action de ce traitement expérimental ».
Jean-Yves relève en outre que « la Fondation internationale pour la recherche sur le diabète de type 1 souligne les risques inhérents à un traitement immunosuppresseur du même type que ceux mis en oeuvre contre certaines formes de leucémies ».
Le Figaro consacre quelques lignes à ce traitement expérimental, retenant que « ces résultats ouvrent la voie à des recherches dans le traitement de ce diabète ».

Source Médiscoop du 12/4/2007 - Sante.net

Repost 0
10 avril 2007 2 10 /04 /avril /2007 23:15

Alors qu'ils font passer les fameux TPE - travaux pratiques encadrés -, qui comptent pour le bac, les enseignants vouent la Toile aux gémonies. En ligne de mire, le site Wikipédia, pillé par les futurs bacheliers.

 
AU LYCÉE privé Louise-de-Marillac, dans le Quartier latin, à Paris, le professeur d'économie se désespère : « Lorsque je leur demande de faire un travail de réflexion, les ­élèves s'empressent de recopier l'encyclopédie Wikipédia sur Internet. Ils plagient, sans même recouper leurs informations. » Ce type de récrimination est fréquent en salle des profs. Surtout lorsqu'il est question des travaux personnels encadrés (TPE), dont la note compte pour le bac.
 
Les sujets sont « suffisamment flous » pour que les élèves « recopient intégralement un blog, un site Internet et surtout Wikipédia, qui est devenu la référence par excellence. L'idée d'ouvrir un livre ne leur vient quasiment jamais à l'esprit », déplore Françoise Gonzales, professeur de lettres au Mans (Sarthe).
 
« Mes parents aussi utilisent Wikipédia ! », lui répondent, narquois, ses élèves de se­conde et de première. La prestation orale de l'élève qui présente ses travaux devant la classe « permet toutefois de détecter les pla­giaires », nuance l'enseignante.
 
Wikipédia, qui existe depuis janvier 2001, est une encyclopédie à laquelle tout le monde peut participer et qui propose aujourd'hui plus de 1,5 million d'articles en anglais, près de 520 000 en allemand, près de 420 000 en français et des contributions en 229 langues. Le site compte plus de 30 000 rédacteurs actifs. Les élèves, mais aussi les enseignants, utilisent ces textes de plus en plus.
 
« Certains professeurs sont réticents à son utilisation car son contenu n'est pas validé », observe Olivier Ricou, enseignant-chercheur à l'Epita (École pour l'informatique et les techniques avancées). « Ce manque de certification » est souvent reproché à l'encyclopédie préférée des internautes, note-t-il. « Cette remarque n'est malheureusement pas complètement fausse », reconnaît Ricou. Comme en témoigne la fausse information publiée pendant plusieurs mois sur le site qui indiquait que John Lawrence Seigenthaler, ancien assistant de Robert Kennedy, était « soupçonné d'avoir été directement impliqué dans les assassinats de John et Bobby Kennedy ».
 
Le degré de fiabilité change d'un article à l'autre : c'est le fonctionnement même de l'encyclopédie. Certaines contributions ne comptent parfois qu'un seul auteur quand d'autres confrontent les points de vue de dizaines de personnes. Auteur de plusieurs articles sur des villages français ou des notions de généalogie, Sébastien Caroux, avocat, y a glissé volontairement plusieurs erreurs : « Personne n'a rien remarqué. Mais il faut dire que mes articles ne doivent pas passionner les foules... »
 
Repérer les fraudeurs
 
Au reste, la revue scientifique Nature a souligné récemment que la qualité de Wikipédia était proche de celle de l'encyclopédie Britannica. « Les enseignants préfèrent toutefois appliquer le principe de précaution qui veut qu'on ne donne pas à des élèves un document dont le niveau d'exactitude est inconnu », explique Olivier Riou.
 
Serge Pouts-Lajus, consultant à la société Éducation et territoires et expert en nouvelles technologies, ne voudrait pas que les nouvelles technologies soient seules rendues « responsables » de la ­triche dans l'enseignement.
 
« Certes, Internet favorise le plagiat et le copier-coller en le rendant plus facile, mais c'est aussi cet outil qui permet de démasquer les co­pieurs », affirme-t-il dans une interview de l'Agence éducation, emploi, formation (AEF). Selon lui, à partir du moment où les pro­fesseurs sauront repérer efficacement les fraudeurs, ils se rendront compte qu'Internet permet au contraire de « lutter efficacement contre la triche ».
 
Depuis cette rentrée, l'enseignement supérieur, plus armé que l'enseignement secondaire, commence à contrer les plagiaires de Wikipédia et d'autres sites avec leurs propres armes. Les logiciels antiplagiat se développent à HEC, Limoges, Lyon, Aix-Marseille. Certaines écoles ont également mis en place des chartes éthiques, comme l'ESIEA (École supérieure d'informatique électronique automatique). Depuis 2006, cette école fait signer à ses 1 570 élèves une charte de non-plagiat. L'établissement est parti du constat que « tous les étudiants ont recours à Internet pour élaborer leurs travaux, mais que seul un quart d'entre eux déclare ne pas faire de copier-coller ».
 
Les travaux des étudiants sont désormais « soumis à une analyse automatique qui repère le degré de plagiat en fonction des sources originales : Internet, bases de données, ouvrages numérisés, et même travaux d'anciens élèves ».
MARIE-ESTELLE PECH.
Publié le 10 avril 2007 - Le figaro.fr
Actualisé le 10 avril 2007 : 08h18
Repost 0
10 avril 2007 2 10 /04 /avril /2007 23:15

Alors qu'ils font passer les fameux TPE - travaux pratiques encadrés -, qui comptent pour le bac, les enseignants vouent la Toile aux gémonies. En ligne de mire, le site Wikipédia, pillé par les futurs bacheliers.

 
AU LYCÉE privé Louise-de-Marillac, dans le Quartier latin, à Paris, le professeur d'économie se désespère : « Lorsque je leur demande de faire un travail de réflexion, les ­élèves s'empressent de recopier l'encyclopédie Wikipédia sur Internet. Ils plagient, sans même recouper leurs informations. » Ce type de récrimination est fréquent en salle des profs. Surtout lorsqu'il est question des travaux personnels encadrés (TPE), dont la note compte pour le bac.
 
Les sujets sont « suffisamment flous » pour que les élèves « recopient intégralement un blog, un site Internet et surtout Wikipédia, qui est devenu la référence par excellence. L'idée d'ouvrir un livre ne leur vient quasiment jamais à l'esprit », déplore Françoise Gonzales, professeur de lettres au Mans (Sarthe).
 
« Mes parents aussi utilisent Wikipédia ! », lui répondent, narquois, ses élèves de se­conde et de première. La prestation orale de l'élève qui présente ses travaux devant la classe « permet toutefois de détecter les pla­giaires », nuance l'enseignante.
 
Wikipédia, qui existe depuis janvier 2001, est une encyclopédie à laquelle tout le monde peut participer et qui propose aujourd'hui plus de 1,5 million d'articles en anglais, près de 520 000 en allemand, près de 420 000 en français et des contributions en 229 langues. Le site compte plus de 30 000 rédacteurs actifs. Les élèves, mais aussi les enseignants, utilisent ces textes de plus en plus.
 
« Certains professeurs sont réticents à son utilisation car son contenu n'est pas validé », observe Olivier Ricou, enseignant-chercheur à l'Epita (École pour l'informatique et les techniques avancées). « Ce manque de certification » est souvent reproché à l'encyclopédie préférée des internautes, note-t-il. « Cette remarque n'est malheureusement pas complètement fausse », reconnaît Ricou. Comme en témoigne la fausse information publiée pendant plusieurs mois sur le site qui indiquait que John Lawrence Seigenthaler, ancien assistant de Robert Kennedy, était « soupçonné d'avoir été directement impliqué dans les assassinats de John et Bobby Kennedy ».
 
Le degré de fiabilité change d'un article à l'autre : c'est le fonctionnement même de l'encyclopédie. Certaines contributions ne comptent parfois qu'un seul auteur quand d'autres confrontent les points de vue de dizaines de personnes. Auteur de plusieurs articles sur des villages français ou des notions de généalogie, Sébastien Caroux, avocat, y a glissé volontairement plusieurs erreurs : « Personne n'a rien remarqué. Mais il faut dire que mes articles ne doivent pas passionner les foules... »
 
Repérer les fraudeurs
 
Au reste, la revue scientifique Nature a souligné récemment que la qualité de Wikipédia était proche de celle de l'encyclopédie Britannica. « Les enseignants préfèrent toutefois appliquer le principe de précaution qui veut qu'on ne donne pas à des élèves un document dont le niveau d'exactitude est inconnu », explique Olivier Riou.
 
Serge Pouts-Lajus, consultant à la société Éducation et territoires et expert en nouvelles technologies, ne voudrait pas que les nouvelles technologies soient seules rendues « responsables » de la ­triche dans l'enseignement.
 
« Certes, Internet favorise le plagiat et le copier-coller en le rendant plus facile, mais c'est aussi cet outil qui permet de démasquer les co­pieurs », affirme-t-il dans une interview de l'Agence éducation, emploi, formation (AEF). Selon lui, à partir du moment où les pro­fesseurs sauront repérer efficacement les fraudeurs, ils se rendront compte qu'Internet permet au contraire de « lutter efficacement contre la triche ».
 
Depuis cette rentrée, l'enseignement supérieur, plus armé que l'enseignement secondaire, commence à contrer les plagiaires de Wikipédia et d'autres sites avec leurs propres armes. Les logiciels antiplagiat se développent à HEC, Limoges, Lyon, Aix-Marseille. Certaines écoles ont également mis en place des chartes éthiques, comme l'ESIEA (École supérieure d'informatique électronique automatique). Depuis 2006, cette école fait signer à ses 1 570 élèves une charte de non-plagiat. L'établissement est parti du constat que « tous les étudiants ont recours à Internet pour élaborer leurs travaux, mais que seul un quart d'entre eux déclare ne pas faire de copier-coller ».
 
Les travaux des étudiants sont désormais « soumis à une analyse automatique qui repère le degré de plagiat en fonction des sources originales : Internet, bases de données, ouvrages numérisés, et même travaux d'anciens élèves ».
MARIE-ESTELLE PECH.
Publié le 10 avril 2007 - Le figaro.fr
Actualisé le 10 avril 2007 : 08h18
Repost 0
30 mars 2007 5 30 /03 /mars /2007 23:28

Quelques liens pour découvrir la maladie d'Alzheimer

Notre espérance de vie augmente et avec elle le risque de développer la maladie d'Alzheimer, qui touche aujourd'hui 800 000 Français. Un siècle après la description du premier cas, que sait-on de cette pathologie ? Quels sont ses causes, ses symptômes et ses traitements ? Doctissimo fait le point et porte une attention particulière au dépistage et à la prise en charge de la maladie : http://www.doctissimo.fr/html/dossiers/alzheimer.htm

Annuaire médical Esculape. Fournit des informations sur le diagnostic et le traitement, ainsi que des références et des liens vers les recherches en cours.
http://www.esculape.com/fmc/alzheimer.html

Maladie d'Alzheimer : description médicale, symptômes, personnes à risque, facteurs de risque, prévention... http://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=alzheimer_pm

La maladie d'Alzheimer touche aujourd'hui plus de 800 000 personnes en France et devient une priorité de santé publique. Aussi, de nombreuses questions se posent aujourd'hui : comment prévenir Alzheimer, quels sont les signes précurseurs de la maladie d'Alzheimer, comment vivre avec Alzheimer, comment aider une personne atteinte de la maladie d'Alzheimer, quels traitements de la maladie d'Alzheimer ?... http://www.e-sante.fr/Maladie-d-Alzheimer-C_3-10

Un dossier théorique sur le sujet, du Dr Oussama Zékri, laboratoire de pharmacologie expérimentale et clinique de Rennes.
http://www.med.univ-rennes1.fr/etud/pharmaco/alzheimer.htm

La maladie d'Alzheimer est une maladie éprouvante qui touche environ 85.000 personnes en Belgique... http://www.info-alzheimer.be/

La maladie d'Alzheimer (MA) est une maladie dégénérative, à évolution lente, que l'on rencontre le plus souvent chez les personnes âgées.
http://www.futura-sciences.com/news-maladie-alzheimer-bienfaits-vin_10538.php

 Complément d'information :
« Le nombre de cas d’Alzheimer pourrait quadrupler d’ici à 2050 »
Le Monde, La Croix
Le Monde relève brièvement que selon une étude américaine, « le vieillissement de la population devrait faire quadrupler le nombre [de personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer dans le monde] d’ici à 2050 ».
Le journal rappelle que « plus de 25 millions de personnes » souffrent actuellement de la maladie dans le monde.
Le quotidien indique ainsi qu’en 2050, « une personne sur 85 devrait souffrir de cette affection neurodégénérative ».
Le Monde précise en outre que « l’Asie devrait subir la plus forte augmentation » de cas.
La Croix note quant à elle qu’en France, « les contours du plan Alzheimer se dessinent lentement ».
Le journal observe que ce plan « est prévu au menu d’une réunion de travail aujourd’hui à l’Élysée entre Nicolas Sarkozy, ses collaborateurs et quelques scientifiques. Et demain, Roselyne Bachelot doit recevoir l’association France Alzheimer ».
La Croix relève qu’« il est trop tôt pour connaître le contenu de ce plan, mais Arnold Munnich [conseiller du chef de l’État pour la recherche biomédicale et la santé, et responsable de l’unité de génétique médicale de l’hôpital Necker, à Paris] évoque quelques pistes ».
Le Pr Munnich déclare entre autres que « le soutien à la recherche sera une priorité. Il pourrait s’agir de créer de grandes plates-formes de recherche qui permettraient de fédérer l’action de tous les scientifiques. Il paraît opportun de faire un effort particulier sur l’imagerie, fondamentale pour le diagnostic ».
Le chercheur « plaide aussi pour la mise en place de banques de tissus, provenant des malades », ajoute La Croix. 

Source : Médiscoop du 13/06/2007

Repost 0
28 mars 2007 3 28 /03 /mars /2007 11:14

Sur le site http://www.brochures-patients.com/ ,il est possible de télécharger des fichiers au format pdf (nécessite Acrobat Reader) sur diverses pathologies. Un moteur de recherche intégré au site facilite le choix.

Exemple : Prévenir les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d'Alzheimer

Lien direct pour le téléchargement : http://www.brochures-patients.com/booklets/114.pdf

Repost 0
21 mars 2007 3 21 /03 /mars /2007 18:09
A l’aide d’exemples concrets, définir les concepts fondamentaux de la génétique, en utilisant une nomenclature des gènes et des mutations la moins spécialisée possible. Pour chaque organisme modèle, il existe des règles précises de nomenclature dont les différences ont des raisons historiques ; il n’en est pas tenu compte ici.

Ces notions sont distribuées en 5 chapitres, sous forme de didacticiels interactifs :

Des définitions
Il est essentiel de définir les objets utilisés par la génétique.

1-Le génotype

Comment noter un gène, un allèle, un génotype.

2-Le phénotype

Caractéristique observable d’un individu résultant de l’interaction du milieu dans lequel il vit et de son génome.


Addition de génomes

Deux génomes haploïdes distincts sont mis ensemble, quel est le résultat de cette fusion ?

3-La dominance ou la récessivité

Un des génomes est sauvage, l’autre est muté.

 

4- Comment un mutant peut-il être dominant ?

Chez l'hétérozygote issu du croisement d'un haploïde mutant avec un haploïde sauvage, le phénotype est mutant. Quels sont les mécanismes susceptibles d'expliquer ce résultat ?

5-Le test de complémentation fonctionnelle (TCF)

Les deux génomes sont mutés. Ce test permet une définition fonctionnelle du gène

Repost 0
21 mars 2007 3 21 /03 /mars /2007 17:41

Les images sont classées en fonction des programmes et de leurs diverses parties, ainsi, certaines peuvent être accessibles soit à partir de Première S soit à partir de TS datation ou roches magmatiques par exemple. Les numéros en TS renvoient aux paragraphes du programme 

En cliquant sur la miniature, on obtient, en général, l'image plein écran

Le retour est obtenu par la touche précédent du navigateur.

Rendez-vous sur :

http://artic.ac-besancon.fr/svt/act_ped/svt_lyc/term/Images%20Sc.%20Ter/début%20images.htm

Repost 0
21 mars 2007 3 21 /03 /mars /2007 00:51

La paroi constitue un des éléments essentiels de la cellule végétale. Lorsque la cellule est jeune, sa paroi est appelée paroi primaire. Cette paroi est le lieu des échanges intercellulaires. Elle donne à la cellule sa forme et ses caractéristiques structurales. Elle permet également sa croissance. Ce document concerne essentiellement les aspects structuraux de la paroi primaire.

Rendez-vous sur : http://www.snv.jussieu.fr/bmedia/paroi/index.htm

Repost 0