Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Blog SVT Lycée Vauban 08600 Givet
  • Blog SVT Lycée Vauban 08600 Givet
  • : Blog pour tous les élèves du Lycée Vauban (Givet - 08600) ayant Mr Janvier comme professeur de S.V.T.
  • Contact

Messages

Cette rubrique s'adresse aux 
élèves du  Lycée Vauban 
08600 Givet

Tales 

Banque de sujets de baccalauréat en SVT.

Tales Planning des devoirs du samedi matin

1S 

TPE 2010-2011 : Thèmes et fiches pédagogiques.

  Tous

Le blog de Mr Sauvanet (Professeur de PC au Lycée Vauban).
Projekt  Comenius : le blog multilingue du Projet Coménius.

Tous Forum d'entraide du lycée Vauban.

Tous

Programmes officiels de SVT en collège.
Programmes officiels de SVT en Lycée.

Forum national des SVT.

 Tous

Orientation : Partez à la découverte de témoignages d'anciens élèves sur leur parcours scolaire, universitaire et professionnel. N'hésitez pas à leur poser des questions par le biais des commentaires (exemple).

Rechercher

Coups de coeur

Le fabuleux destin du Pingouin :
Ma photo Par Lydie.
Blog de la science facile à
comprendre et amusante.
Les animaux, leur vie, 
leurs amours... 


cabougeensvt
Ca bouge en SVT...

Un blog Dynamique pour

les élèves de collège

 

Site SVT de Madame Laroche Peltier

Groupe Facebook cours, exercices

corrigés de SVT niveau lycée

Archives

Présentation du blog

svt.jpgBienvenue à tous,


Un blog en direction des élèves de Seconde, Première L, Première S et Terminale S Spécialité S.V.T...

Vous y trouverez, continuellement réactualisés :

  • des compléments concernant les cours, TP, TD...
  • des éléments de correction des évaluations...
  • des informations sur le baccalauréat, l'épreuve d'E.C.E, les T.P.E...

Et plein d'autes choses pour vous aider et vous permettre de mieux gérer votre travail personnel...
Un blog à visiter régulièrement, je vous conseille d'ailleurs de le faire au moins une fois par semaine pour récupérer les documents mis en ligne et enrichir ainsi votre cours ou vos CR de TP...
  

<= Abonnez-vous à la "NewsLetter" ci-contre, vous serez automatiquement prévenus de la parution d'un article...

<= Les articles sont classés par "Catégories", cliquez sur celle qui vous concerne...  

Bonne découverte de ce blog et n'hésitez pas à déposer des commentaires !

Pour me contacter c'est =====> ici <=====

(Merci de me prévenir si des liens ne sont plus valides)

Ci-dessous, vous trouverez les extraits des 15 dernières publications sur le blog. Cliquez sur les titres pour voir l'intégralité de l'article, afficher les images et avoir accès aux liens qu'il contient.

21 mars 2007 3 21 /03 /mars /2007 00:49

La croissance des cellules végétales constitue un problème particulier en biologie cellulaire. En effet, la cellule végétale est entourée d'une paroi rigide qui la protège des déformations et lui donne sa forme. Sa croissance (donc son changement de taille et de forme) ne peut donc se réaliser que grâce à des changements de structure et de propriétés de cette paroi.

Rendez-vous sur : http://www.snv.jussieu.fr/bmedia/cell/index.htm

Repost 0
21 mars 2007 3 21 /03 /mars /2007 00:35

1- Logiciel permettant de mettre en place les principaux acteurs de la transcription et de la traduction : 
http://www.ac-creteil.fr/biotechnologies/main-biochemistry.htm

2- Pour aller plus loin, je vous conseille les liens suivants :

La biosynthèse des protéines est appelée traduction. Elle a lieu au niveau du ribosome qui reçoit les ARN de transfert (transporteurs des acides aminés) et l'ARN messager (qui contient l'information nécessaire à la synthèse de la protéine). La traduction est le passage d'un langage à un autre, la transposition d'un alphabet de 4 lettres (A, U, G, C) dans l'ARN messager, à un alphabet de 20 lettres (les 20 acides aminés) dans les protéines. Le code génétique est la clé qui permet de passer d'un langage à l'autre.

Rendez-vous sur : http://www.snv.jussieu.fr/bmedia/SynthProt/SynthProt.htm

Une animation de la transcription sur YouTube : Citologia Transcripcion Eucariotas
Une animation de la traduction sur YouTube : Traduction sur ribosome

Le prix Nobel de chimie 2009 récompense Ada Yonath, Thomas Steitz et Venkatraman Ramakrishnan pour un résultat de biochimie : la description de la structure du ribosome, l'usine à protéines des cellules.
Repost 0
19 mars 2007 1 19 /03 /mars /2007 21:07

PERREAULT, Nicole. « Le plagiat et autres types de triche scolaire à l’aide des technologies une réalité, des solutions », publié dans Profweb le 17 janvier 2007. [En ligne] http://site.profweb.qc.ca/index.php?id=87

Un fichier au format pdf (nécessite Acrobat Reader) à lire et relire avant de faire un dossier de recherche (1S ou TS, un TPE, un mémoire de faculté...). Je vous conseille tout particulièrement les chapitres suivants :

Solutions de détection....................................................................13

RÉFÉRENCES UTILES.................................................................15

Ce fichier fourmille de liens Internet tous plus intéressants les uns que les autres, vous y apprendrez comment certains font pour tricher, et comment d'autres développent des stratégies élaborées pour repérer et punir les tricheurs (ou pour faire croire qu'ils savent comment faire).

Un remake de la lutte du pot de fer contre le pot de terre ! Vae Victis !

 

TRUCS ET ASTUCES.....................................................................14

 

 

LOGICIELS DÉTECTEURS DE PLAGIAT...................................14

Repost 0
19 mars 2007 1 19 /03 /mars /2007 21:05

PERREAULT, Nicole. « Le plagiat et autres types de triche scolaire à l’aide des technologies une réalité, des solutions », publié dans Profweb le 17 janvier 2007. [En ligne] http://site.profweb.qc.ca/index.php?id=87

Un fichier au format pdf (nécessite Acrobat Reader) à lire et relire avant de faire un dossier de recherche (1S ou TS, un TPE, un mémoire de faculté...). Je vous conseille tout particulièrement les chapitres suivants :

Solutions de détection....................................................................13

RÉFÉRENCES UTILES.................................................................15

Ce fichier fourmille de liens Internet tous plus intéressants les uns que les autres, vous y apprendrez comment certains font pour tricher, et comment d'autres développent des stratégies élaborées pour repérer et punir les tricheurs (ou pour faire croire qu'ils savent comment faire).

Un remake de la lutte du pot de fer contre le pot de terre ! Vae Victis !

 

TRUCS ET ASTUCES.....................................................................14

 

LOGICIELS DÉTECTEURS DE PLAGIAT...................................14

Repost 0
19 mars 2007 1 19 /03 /mars /2007 21:04

PERREAULT, Nicole. « Le plagiat et autres types de triche scolaire à l’aide des technologies une réalité, des solutions », publié dans Profweb le 17 janvier 2007. [En ligne] http://site.profweb.qc.ca/index.php?id=87

Un fichier au format pdf (nécessite Acrobat Reader) à lire et relire avant de faire un dossier de recherche (1S ou TS, un TPE, un mémoire de faculté...). Je vous conseille tout particulièrement les chapitres suivants :

Solutions de détection....................................................................13

RÉFÉRENCES UTILES.................................................................15

Ce fichier fourmille de liens Internet tous plus intéressants les uns que les autres, vous y apprendrez comment certains font pour tricher, et comment d'autres développent des stratégies élaborées pour repérer et punir les tricheurs (ou pour faire croire qu'ils savent comment faire).

Un remake de la lutte du pot de fer contre le pot de terre ! Vae Victis !

 

TRUCS ET ASTUCES.....................................................................14

 

LOGICIELS DÉTECTEURS DE PLAGIAT...................................14

Repost 0
18 mars 2007 7 18 /03 /mars /2007 22:13

Des cours de SVT avec exercices et polycopiés pour tous les niveaux de collège. Idéal pour consolider les acquis : http://www.courscollegesvt.com/

Près de 800 pages pour réussir son année au collège en SVT et en Mathématiques en libre accès : http://www.monanneeaucollege.com/

Ce site vous propose des exercices interactifs de S.V.T. (Sciences de la Vie et de la Terre) niveau collège. Site optimisé pour un affichage en 1024 x 768 et des navigateurs I.E. versions  5 et ultérieures : http://www.chez.com/sciencesdelavie/

Repost 0
14 mars 2007 3 14 /03 /mars /2007 17:47

Pour anticiper tremblements de terre, inondations ou glissements de terrain et prendre des mesures préventives, deux méthodes de calcul s'opposent : la méthode dite déterministe et la probabiliste, plus récente.

 
LA DEMANDE d'évaluation des risques naturels est de plus en plus forte. Les mathématiciens, les physiciens, les géologues, les météorologues sont appelés à la rescousse pour construire des modèles de prévision, indispensables à la prévention. Aujourd'hui, le débat prend la forme d'une querelle des modernes contre les classiques. De tout temps, on a estimé l'aléa lié aux risques naturels de façon traditionnelle. Dite déterministe, cette approche consiste à évaluer le risque de crues, d'éboulements, de séismes ou de toute autre catastrophe naturelle en fonction des paramètres connus, susceptibles d'influencer la survenue d'un tel événement. Dans le cas des glissements de terrain, un expert prendra par exemple en compte la géologie pour déterminer le risque d'éboulements et donnera son avis sur l'opportunité ou non de construire une route à tel endroit.
 
«Nous ne savons pas grand-chose»
 
Plus récemment s'est développée la méthode probabiliste. La logique est totalement différente. En se basant sur les événements recensés par le passé, des statistiques permettent d'affirmer qu'il existe une chance sur X qu'un événement Y intervienne. Un débat oppose actuellement les tenants de ces deux méthodes de calcul dans la détermination des risques naturels. La Société de calcul mathématique (SCM), un bureau d'études qui offre ses services aux utilisateurs nécessitant une aide à la décision - entreprises, ministères ou encore collectivités locales - s'est fait récemment l'écho de ces préoccupations, en organisant un colloque consacré aux « Méthodes probabilistes pour l'évaluation des risques naturels ».
 
« Nous constatons une insatisfaction de certains utilisateurs concernant les méthodes probabilistes », justifie Bernard Beauzamy, président de la SCM. Jean-Louis Durville, ingénieur général des Ponts et Chaussées au ministère de l'Équipement, s'en explique : « On voudrait transposer le modèle probabiliste à tous les risques naturels. Or ces calculs supposent un grand nombre de données. » Et si la France dispose de grandes séries chiffrées dans le domaine des inondations, c'est loin d'être le cas par exemple en glissements de terrain ou en matière de séismes. Faire un calcul qui repose sur trois données en un siècle n'a pas grand sens. Car, poursuit Bernard Beauzamy, « nous avons la conviction que nous ne savons pas grand-chose sur pas grand-chose ». La méthode probabiliste « nécessite de s'assurer de la robustesse des résultats a posteriori, ce que ne font pas suffisamment les bureaux d'études », estime Jean-Louis Durville.
 
Par ailleurs, le paramètre temps est généralement absent dans la méthode classique. C'est ainsi qu'un Plan de prévention des risques (PPR) réalisé pour une commune distingue sur une carte des zones en rouge (aléa fort), bleu (aléa moyen) et blanc (aléa faible). Or « un aménageur a besoin de savoir si on parle d'un risque pouvant se produire à l'horizon de dix ans ou cinquante ans ». C'est donc une échelle d'aléa relative.
 
Selon des scientifiques, la méthode probabiliste aurait la faveur des politiques, car elle permettrait des économies de coûts. Car si l'approche déterministe conduit le « dire d'expert » à se prononcer pour ou contre un projet, l'approche probabiliste, elle, laisse aux politiques le soin de prendre seuls la décision. Par exemple, la route du Littoral, à la Réunion, longue de 10 kilomètres, est le théâtre d'une chute de pierre tous les 4,5 jours en moyenne. « Comme il existe une corrélation entre les pluies et les chutes de pierres, quand il pleut plus de quinze minutes pendant une journée, on ferme la route, explique Jean-Louis Durville. Mais comment évaluer le risque résiduel si on décide de la laisser ouverte ? Il faut trouver un équilibre entre l'impact économique d'une telle mesure pour la société et le risque pour la santé des habitants. C'est une décision politique. »
 
Risque sismique et centrales nucléaires
 
Dès lors, en fonction des types ­­d'aléas, on a recours à l'une ou l'autre méthode. Dans le domaine des inondations, où les données sont nombreuses, la méthode probabiliste s'impose. Mais il est des domaines où les informations sont tellement rares que l'approche déterministe semble avoir encore de beaux jours devant elle. C'est le cas du risque sismique appliqué aux normes de construction des centrales nucléaires. Une grande partie des participants au colloque de la SCM appartenaient à ce secteur, preuve de l'actualité du débat dans ce domaine. « Nous pensons qu'il faudrait au moins prendre en compte le degré de sismicité dans les modèles. Ce serait un premier pas vers une approche probabiliste », lance un jeune du Laboratoire de détection géophysique du Commissariat à l'énergie atomique (CEA). « La France figure parmi les seuls pays au monde avec la Belgique à avoir une méthode déterministe en matière nucléaire. Or il existe une tendance au niveau international à intégrer au minimum un taux de récurrence sismique », surenchérit un autre. Mais de nombreuses résistances existent encore. Le débat est en tout état de cause ouvert.
 
CAROLINE DE MALET- Le Figaro.fr - Publié le 12 mars 2007
Repost 0
19 février 2007 1 19 /02 /février /2007 11:02

Certains chromosomes seraient associés au développement précoce du cancer

En France, depuis les vingt dernières années, le risque de cancer a augmenté de 35% ! Cette augmentation de cas, d’après une étude de l’INVS (Institut national de veille sanitaire), est due en partie « au changement de taille et de structure d’âge de la population », autrement dit, l’accroissement démographique est aussi lié au vieillissement de la population. Si on savait déjà que certains gènes pourraient être impliqués dans le développement de certains cancers, une étude récente va peut-être permettre et faciliter la compréhension des causes du cancer dans certaines familles. Une équipe de chercheurs canadiens s’est penchée sur la question et a livré les résultats de ses trouvailles dans la revue Cancer Research.
 
L’équipe, coordonnée par le Dr Alina Nico West de l’Université du Tennessee, a examiné les profils génétiques des tumeurs de 24 patients (5 adénomes déterminés par le profil génétique, 18 carcinomes et 1 iatrogène).
Les chercheurs ont découvert que des chromosomes raccourcis étaient associés au développement précoce de certains cancers. D'après eux, certaines modifications de l'ADN peuvent permettre de prédire quels patients présentent plus de risques de développer certains cancers liés à une maladie génétique héréditaire appelée syndrome de Li-Fraumeni (SLF) qui touche les enfants et les jeunes adultes et augmente de façon significative le risque de cancer, en particulier de tumeurs cérébrales, osseuses, du sein et des tissus mous.
Les chercheurs espèrent que cette connaissance pourra servir à mieux diagnostiquer et traiter les patients qui présentent un risque accru de cancer. Selon les auteurs de l’étude, cette découverte pourrait mener, en outre, à l'élaboration d'une méthode fiable d'évaluation du risque et d'épreuves de dépistage appropriées chez les porteurs du risque de cette maladie.

Dr Marco Dutra
 
Références :
 
West AN, Neale GA, Pounds S, Figueredo BC, Rodriguez Galindo C, Pianovski MA, Oliveira Filho AG, Malkin D, Lalli E, Ribeiro R, Zambetti GP. Gene expression profiling of childhood adrenocortical tumors. Cancer Res. 2007 Jan 15;67(2):600-8. [Retrouvez l’abstract en ligne]
Zwermann O, Beuschlein F, Mora P, Weber G, Allolio B, Reincke M. Multiple endocrine neoplasia type 1 gene expression is normal in sporadic adrenocortical tumors. Eur J Endocrinol. 2000 Jun;142(6):689-95. [Retrouvez l’abstract en ligne]
Luciani P, Ferruzzi P, Arnaldi G, Crescioli C, Benvenuti S, Nesi G, Valeri A, Greeve I, Serio M, Mannelli M, Peri A. Expression of the novel adrenocorticotropin-responsive gene selective Alzheimer's disease indicator-1 in the normal adrenal cortex and in adrenocortical adenomas and carcinomas. J Clin Endocrinol Metab. 2004 Mar;89(3):1332-9. [Retrouvez l’abstract en ligne]
 
Source et date de publication : Sante.net - 19-02-2007
Repost 0
14 février 2007 3 14 /02 /février /2007 15:02

1°S - Pour préparer le thème sur la morphogenèse végétale, une petite expérience à réaliser par vous même...

Connectez-vous à cette adresse : Dossier de l'Internaute et suivez le mode d'emploi, succès garanti !!!

Repost 0
12 février 2007 1 12 /02 /février /2007 17:54
L'identification des gènes liès au diabète permettra un meilleur dépistage 

La majeure partie des particularités génétiques correspondant à un risque accru de développer un diabète de type 2 viennent d'être identifiées grâce à des puces à ADN très puissantes. Cette découverte, qui a permis de déterminer 70 % du génome des diabétiques, est publiée par la revue Nature dans article mis en ligne dimanche 11 février. Elle est le fruit d'une collaboration franco-anglo-canadienne entre les équipes dirigées par Philippe Froguel (CNRS, Université Lille 2, Institut Pasteur et Imperial College de Londres) et celle de Rob Sladek (université McGill de Montréal). Ces recherches pourraient déboucher sur l'identification des prédispositions à cette maladie qui touche 200 millions de personnes dans le monde (un chiffre qui devrait doubler d'ici 2030), ainsi que sur la mise au point de thérapeutiques.
Le diabète de type 2 (DT2), également appelé non insulinodépendant, est une pathologie multifactorielle. Des prédispositions génétiques majorent le risque de développer la maladie, mais celle-ci est aussi fortement liée à l'environnement, en particulier le mode de vie. Le DT2 est ainsi notamment lié à l'obésité, qui touche actuellement plus d'un milliard d'individus, dont 150 millions d'enfants. La part génétique est connue depuis 1992 et l'identification d'un premier gène du DT2, celui de la glucokinase, a été réalisée par l'équipe du professeur Froguel, mais, jusqu'ici, les particularités génétiques n'expliquaient qu'une faible minorité des cas de DT2.
Disponibles depuis peu, les puces à ADN de haute densité permettent d'analyser d'un coup 400 000 mutations de l'ADN. Le génome d'un individu peut donc être étudié avec une seule de ces puces. Grâce à des financements essentiellement canadiens et à de nombreux diabétiques français, les équipes de Philippe Froguel et Rob Sladek ont travaillé sur les particularités portant sur un seul nucléotide de l'ADN.
Dans un premier temps, ils ont étudié l'ADN de 694 diabétiques de type 2, non obèses et ayant au moins un parent diabétique, ainsi que l'ADN de 669 sujets indemnes, qui servaient de référence. En tout, 392 935 mutations de l'ADN ont été passées en revue. Les différences génétiques les plus significatives entre les personnes diabétiques et les référents ont ensuite été testées pour confirmation auprès de 5 500 diabétiques français et de sujets indemnes.
Cette étude fera date. "C'est la première fois que ces nouvelles puces sont utilisées dans une maladie aussi fréquente que le diabète", explique Philippe Froguel. Le chercheur français déplore cependant que son équipe CNRS "n'ait pu trouver en France de financements en 2005-2006 pour ce projet" qui a coûté 2 millions d'euros.
"Si les scientifiques français du consortium franco-canadien sont co-inventeurs des brevets qui ont été déposés à partir de ce travail, la valorisation des découvertes faites à partir de l'étude du génome des diabétiques français sera exclusivement faite par les Canadiens", regrette-t-il.
Paul Benkimoun
LE MONDE | 11.02.07 | 20h14  •  Mis à jour le 12.02.07 | 10h26 


Nouvelle piste génétique pour le diabète de type 1

Le Monde note sur quelques lignes qu’« une nouvelle piste génétique pour le diabète de type 1 […] a été mise en évidence, selon une étude publiée sur le site de Nature ».
Le journal remarque que « plusieurs gènes jouant un rôle dans cette maladie […] ont déjà été identifiés et les recherches menées par une équipe d’un hôpital pour enfants de Philadelphie (Etats-Unis) ajoutent à la liste un gène localisé sur le chromosome 16 ».

Source : Médiscoop du 17/07/2007

Repost 0