Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Blog SVT Lycée Vauban 08600 Givet
  • Blog SVT Lycée Vauban 08600 Givet
  • : Blog pour tous les élèves du Lycée Vauban (Givet - 08600) ayant Mr Janvier comme professeur de S.V.T.
  • Contact

Messages

Cette rubrique s'adresse aux 
élèves du  Lycée Vauban 
08600 Givet

Tales 

Banque de sujets de baccalauréat en SVT.

Tales Planning des devoirs du samedi matin

1S 

TPE 2010-2011 : Thèmes et fiches pédagogiques.

  Tous

Le blog de Mr Sauvanet (Professeur de PC au Lycée Vauban).
Projekt  Comenius : le blog multilingue du Projet Coménius.

Tous Forum d'entraide du lycée Vauban.

Tous

Programmes officiels de SVT en collège.
Programmes officiels de SVT en Lycée.

Forum national des SVT.

 Tous

Orientation : Partez à la découverte de témoignages d'anciens élèves sur leur parcours scolaire, universitaire et professionnel. N'hésitez pas à leur poser des questions par le biais des commentaires (exemple).

Rechercher

Coups de coeur

Le fabuleux destin du Pingouin :
Ma photo Par Lydie.
Blog de la science facile à
comprendre et amusante.
Les animaux, leur vie, 
leurs amours... 


cabougeensvt
Ca bouge en SVT...

Un blog Dynamique pour

les élèves de collège

 

Site SVT de Madame Laroche Peltier

Groupe Facebook cours, exercices

corrigés de SVT niveau lycée

Archives

Présentation du blog

svt.jpgBienvenue à tous,


Un blog en direction des élèves de Seconde, Première L, Première S et Terminale S Spécialité S.V.T...

Vous y trouverez, continuellement réactualisés :

  • des compléments concernant les cours, TP, TD...
  • des éléments de correction des évaluations...
  • des informations sur le baccalauréat, l'épreuve d'E.C.E, les T.P.E...

Et plein d'autes choses pour vous aider et vous permettre de mieux gérer votre travail personnel...
Un blog à visiter régulièrement, je vous conseille d'ailleurs de le faire au moins une fois par semaine pour récupérer les documents mis en ligne et enrichir ainsi votre cours ou vos CR de TP...
  

<= Abonnez-vous à la "NewsLetter" ci-contre, vous serez automatiquement prévenus de la parution d'un article...

<= Les articles sont classés par "Catégories", cliquez sur celle qui vous concerne...  

Bonne découverte de ce blog et n'hésitez pas à déposer des commentaires !

Pour me contacter c'est =====> ici <=====

(Merci de me prévenir si des liens ne sont plus valides)

Ci-dessous, vous trouverez les extraits des 15 dernières publications sur le blog. Cliquez sur les titres pour voir l'intégralité de l'article, afficher les images et avoir accès aux liens qu'il contient.

1 février 2008 5 01 /02 /février /2008 11:07

Cet article fait suite à Mendel et notre temps (1)

Mendel et notre temps (2)

Les faits d'hérédité ont commencé à être pris en compte vers la fin du XVIIe siècle, pour appuyer la théorie des ovistes ou des animalculistes, selon les cas. En 1683 Van Leeuwenhoek fait une observation intéressante : quand on croise des Lapins mâles gris avec des femelles blanches, on obtient des petits Lapins gris, semblables au père (argument en faveur de l'animalculisme). En 1745 Maupertuis, dans La Vénus physique, est plus nuancé : «[…] L'enfant naît tantôt avec les traits du père, tantôt avec ceux de la mère et paraît tenir d'eux jusqu'aux inclinations et aux qualités de l'esprit. L'Ane et la jument forment un animal qui n'est ni Cheval ni Ane, mais qui est visiblement un composé des deux. Si le fœtus était le ver qui nage dans la liqueur séminale du père, pourquoi ressemblerait-il quelquefois à sa mère ? S'il n'était que l'œuf de la mère, que sa figure aurait-elle de commun avec celle de son père ? […]»

Ainsi donc le XVIIIe siècle s'achève dans l'incertitude, par exemple, la théorie la plus en vogue était celle des animalculistes. Tout organisme à naître, pensaient ces derniers, est préformé dans le sperme du père. Ce modèle réduit était appelé homoncule, nom que donne Goethe à l'enfant que Faust veut fabriquer en laboratoire. Certains soutenaient même que le sperme d'Adam contenait, emboîtés les uns dans les autres comme des poupées russes, les homoncules de tous ses descendants.

Ces conceptions fondées sur les apparences étaient aussi profondément ancrées dans les mentalités que celles concernant le rapport des astres entre eux. L'homme était le centre de la reproduction comme la Terre était le centre du monde. Si le fait d'avoir dissipé les apparences en ce qui a trait aux astres a valu à Copernic la réputation que l'on sait - ne parle-t-on pas de révolution copernicienne à son sujet ? Celui qui a dévoilé les véritables lois de l'hérédité mérite la même gloire.

Mendel faisait ses expériences sur les plantes, les pois plus précisément. Peut-être cela l'a-t-il aidé à se défaire des préjugés homonculistes. C'est le pollen certes qui courtise le pistil, mais il est porté par le vent ou l'insecte. Son rôle dominant est loin d'être aussi apparent que dans le cas du mâle qui monte la femelle.
 

On faisait des expériences de croisement sur les plantes depuis longtemps. On obtenait souvent de bons résultats, mais on ne parvenait pas à dégager des lois qui auraient permis d'obtenir ces bons résultats à volonté. 

Les pois sur lesquels travaillait Mendel étaient d'une espèce qui se reproduit par auto-fécondation. Mendel eut l'idée de recourir à une pratique déjà connue des botanistes, quoique critiquée par certains représentants de l'Église, l'insémination artificielle (voir aussi). C'est ainsi qu'il a pu marier des plants produisant des pois jaunes avec des plants produisant des pois verts. Résultat, très étonnant : que des pois jaunes

Où était passé le caractère vert ?
 

C'est l'une des questions les plus intéressantes qui aient été posées au cours de l'histoire des sciences. La théorie du mélange se trouvait réfutée. 

Cherchant une réponse à sa propre question, Mendel laissa les plants à pois jaunes de la première génération s'auto féconder. Résultat encore plus étonnant : 3 pois jaunes pour 1 pois vert, en moyenne. Certains parents porteurs de gènes mutés savent par une douloureuse expérience qu'il y a une chance sur trois pour que leurs enfants aient telle maladie héréditaire. La première loi de Mendel s'applique dans ce cas.

Un caractère peut disparaître à une génération et reparaître à la suivante selon les lois mathématiques simples au début mais de plus en plus complexes à mesure que le nombre de caractères en interaction s'accroît.
 

Mendel ignorait tout des gènes
. Il ne les avait pas vus au microscope. La seule interprétation rigoureuse possible de ses expériences l'obligeait postuler l'existence de "particules héréditaires". Sur le strict plan intellectuel, son mérite était ainsi beaucoup plus grand que s'il avait pu apercevoir les gènes, au terme d'une dissection par exemple.
 

On sait aujourd'hui qu'un organisme comme le nôtre compte environ 100000 gènes qui sont autant de segments de la molécule d'ADN présentes dans le noyau de chacune de nos cellules. On sait aussi que ces gènes agissent par couples, que c'est tantôt celui qui vient de la mère qui est dominant, tantôt celui qui vient du père, ce qui exclut une quelconque hiérarchie entre les sexes en matière de reproduction. 

Les grandes découvertes en sciences sont en général dans l'air du temps. C'est pourquoi il y a tant de querelles quand vient le temps de déterminer la paternité d'une découverte. Newton par exemple, a fait des bassesses pour prouver que c'est lui et non Leibniz qui avait découvert le calcul intégral et différentiel. 

Mendel a publié ses premiers résultats en 1866. C'est seulement en 1900, quarante-quatre ans plus tard, que la science officielle a reconnu qu'il avait raison. De tous les grands savants, Mendel est l'un de ceux qui doit le moins à son entourage. 

Dans les coins perdus, le génie est plus rare que dans les grands centres, mais il a de fortes chances d'y être plus pur
.
 

A partir de 1900 la génétique se développera rapidement, trop rapidement aux yeux de Lyssenko, le biologiste russe qui eut la faveur de Staline parce qu'il soutint devant lui que, par opposition à l'ancienne approche globale, qui avait encore des partisans, la génétique à la Mendel et à la Morgan était incompatible avec le socialisme orthodoxe. On a dit aussi que Lyssenko n'était tout simplement pas assez intelligent pour comprendre les raisonnements subtils de Mendel. Ce qui expliquerait pourquoi il en a voulu, mortellement - c'est le cas de le dire - à son compatriote Vavilov, un savant authentique dont la compétence était reconnue par les grands généticiens du monde entier. Vavilov est mort dans les prisons de Staline en 1940 ; Lyssenko régna sur la biologie soviétique jusqu'en 1965, année où il fut destitué à son tour, mais avec une douceur qui lui permit de vivre jusqu'en 1976.

Sources :
L'encyclopédie de l'Agora -
http://agora.qc.ca/mot.nsf/Dossiers/Johann_Gregor_Mendel  - Articles par Jacques Dufresne - Mise à jour du 25 mai 2006.
Bordas Encyclopédie Tome III par Roger Caratini.

Partager cet article

Repost 0
Published by Siocnarf - dans TS spé Génétique
commenter cet article

commentaires